Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
31 janvier 2009 6 31 /01 /janvier /2009 15:57

PÊCHE. DESTRUCTION DE  « NUISIBLES»

 

On lit dans la presse locale : « La Dépêche » et le « Courrier du Finistère » 

 

-23 décembre 1922 – A propos de pieuvres : ces maudites pieuvres ont fait bien des ravages cette année, surtout sur les côtes nord de notre département, de Morlaix au Conquet. Un crédit de 5 000 francs vient d’être ouvert et inscrit au budget de 1923 par le Conseil Général du Finistère, en vue d’intéresser les pêcheurs à la destruction de ces animaux. Il est fort probable que des primes à la destruction seront instituées, à raison de 0,20 franc par kilogramme de pieuvres rapporté.


3 mars 1923 –
Destruction des phoques- On s’est plaint à juste titre du préjudice causé à l’industrie de la pêche par des phoques qui ravagent les engins de pêche pour dévorer les poissons qui s’y trouvent retenus.

En vue d’encourager la chasse de ces animaux nuisibles à la pêche, le ministre a décidé que leur capture et leur destruction donneraient droit à la même prime que celle qui est actuellement accordée pour la capture et la destruction des marsouins et des bélougas. Cette prime est de 2,50 francs par tête de phoque détruit, après vérification par les autorités maritimes locales.

 

Le commentaire d’ « Henriette » : «  1922-23, ouf ! je l’ai échappé belle. »

Henriette est une jeune phoque qui un beau matin de mars 2002, a été surprise dans l’herbe, entre la rive du port et le bord de la route du quai Vauquois, non loin du magasin de marée. Légèrement blessée elle a été recueillie par les sauveteurs de la SNSM, dans un bac à filets, en attendant qu’une heure plus tard une équipe d’Océanopolis vienne la prendre en charge. Après un stage en bassin au Moulin-Blanc, elle a été relâchée en mer et n’a plus donné de nouvelles depuis.

Un mystère demeure, elle n’a jamais voulu nous dire si elle allait en ville, ou si elle en revenait ! Elle a été baptisée « Henriette », en raison de l’intérêt qu’elle paraissait éprouver pour Henri, l’un de ses sauveteurs.

Partager cet article
Repost0

commentaires

B
Autres temps autres moeurs !
Je ne sais pas combien 2.50 F de l'époque peuvent faire en € ?
Répondre